Madame Jeanine au peuple congolais...

Publié le par U.P.R./Afrique du Sud

Peuple  Congolais  et   Chers  Tous,

Constitution de la rdc

Adaptées  à  la  dimension  de l'équipe  au  pouvoir,  la  RDC  d'aujourd'hui,  ses  courtisans;  ses   réseaux   font des lois  selon  qu'elles  profitent  au  Président  de la  République,  le  faiseur   des  rois.   Une  loi  sans débat de fond;    sans  la  considération  de la  minorité   au  parlement  prouve   suffisamment  l'étendu  des  pouvoirs  de   KABILA  sur  les  autres  institutions.    Par  ces  tripatouillages,  le  Pprd  et  ses  partis  satellites  tiennent  à  verrouiller   le  scrutin   au  profit  de   KABILA  en  cherchant  sur  la tête de l'opposition  Congolaise,  toutes  bêtes  noires,  pour  l'empêcher   à   concourir.

 

Ainsi  disons-nous  que :  "  Nul  n'est  censé  reconnaître  une  constitution  ou  une  loi,   fis-t-elle  électorale   conçue  de manière  à  assujettir  le  peuple  Congolais  dans  la  misère,  la  corruption,  l'insécurité,  diverses  brimades,  la peur, les  assassinats,  bref,   astreignant  les  congolais à  la  domination  étrangère "       " Nul  n'est  tenu  à  son  Observation  ".

 

Peut-on  vraiment  constituer  un pays  et  le diriger  à  partir  des  lois  taillées  à  sa mesure  ? Pareille  constitution  ou  loi  électorale  est  elle  valable ?  Peut-on  condamner  un/une  congolais (e)  à  ce  jour  qui  n'a  pas  été  consulté  par  cette démarche  apparentée  et  qui  porte  atteinte  à  un  code  juridique  pensé et  écrit  dans  cette fameuse  Constitution ?   La  confusion  créée  par  le  gouvernant  entraîne  une  sérieuse  confusion  de  la  philosophie  fondamentale  des  congolais.  En  adaptant  toutes les  lois  du  pays   à la   personne  qui  le dirige,     les politicologues,  les  sociologues,  les  juristes  Congolais  se sont  fermés   la  voies  d'accès  à  la  philosophie  politique  fondamentale  Congolaise   et   au  lieu  de  "  VOIR"  les  entités  sociales  réelles  du  Congo, ils ont  opté  pour  LA  COMPLAISANCE.

 

A qui  avions-nous  confié  la  responsabilité  d'élaborer  ou  de  modifier  la  constitution ? 

 

Quel  est  leur   lieu   ou  leur  profil  éthique ? 

 

Quelles  sont  leurs  options  fondamentales  en  matière   d'éthique  politique  et  sociales ?    Comment  se présentent   leurs   biographies ? 

 

Ont-ils  collaborés  avec   les  régimes  précédents  et  pour  combien de temps? 

 

Quelle  est  cette  conception   de  la  démocratie   qui autorise  aux  faiseurs   d'iniquités,   aux  destructeurs  de  profession,   aux  ennemis   de la  vie  humaine,  de  concevoir/modifier ,    au  nom  du  peuple,  une loi   chèrement  acquise ? 

 

Existe-t-il   encore  une possibilité dans ce  qui est  constamment   modifier,   de  traduire   en  Justice  pour   Haute Trahison  ou  autre  fait,  un  SUPER  PRESIDENT,  aux  pouvoirs  illimités ?

 

Si  nous  acceptons  au  niveau  des prémisses   que  les  hommes  et  femmes   qui  ont   commis  des  crimes  imaginables  : Assassinat,  corruption,  empoisonnement,  mensonge,  vol, viol,....  puissent  être   députés,  Sénateurs, membre  du  gouvernement  et  puissent  dormir  tranquillement   à  la  tête  des  institutions  nationales  et  d'être  reconduits  aux  élections   comme PRESIDENT  de la République,  ministres, parlementaires,  gouverneurs,... pourquoi  ne ferions-nous pas  semblant  d'être  touchés  par  les épurations ethniques  à  l'Est, par la ténacité  du  règne  de  la  violence  et  de la  terreur ?

 

"C'est le spectacle  de  cette  confusion  de pathologie  historique  et  sociale  qui  étonne  et   donne  à  réfléchir".  Quels  sont  les postulats  de  tels  modes  de  gouverner ? 

 

A  quels  monstres, payons - nous  ce  lourd  tribut  de  disettes,  des morts,  de  misère  matérielle  et  d'abjection  morale   depuis  une décennie?   Quelle  idéologie  est  constituée  par  le  système  des  postulats  sous - jacents   à  la pratique de confiscation du  pouvoir ?

 

NON,  nous  devons  divorcer  d'avec  cette  conception   de  l'Etat,  si   nous  voulons  survivre.   Et  si   l'on  voulait  une  nouvelle     constitution   à  la  taille  de  KABILA,  nous  aurions dû  commencer plutôt  en  mettant  à  la  quarantaine,  ceux  qui  ont  le  sang  sur  les  mains,  ceux  qui  sont  cités dans divers rapports,   MAPPING   notamment;  rapport  Lutundula;  rapport  sur  Chebeya,   Tungulu,  membres de BDK,  équateur,  tingi-tingi,   ceux  qui  bradent  les  minerais  Congolais  et  affament le peuple;  ceux  qui    sont    incapables de défendre  nos  frontières  de la  RDC  depuis  qu'ils  sont  au pouvoir...   les  modifications  intempestives  que  les membres  du  pouvoir  en place   apportent  ne  sont  aux  services   ni  du  développement  Social,   ni  de la  croissance  économique  et  moins   encore  de la  sécurité  de  nos  populations.  

 

En  examinant  attentivement  ces  modifications  imposées,  on s'en rend  compte   qu'elles  ne  contiennent    ni  aspect  sur  "le développement  social",  ni  sur " les  options  économiques"  et  moins  encore  sur la protection  du  peuple   contre  la tyrannie   de  l'Etat.  Ceux  qui  se  disent  " juristes"  ne  me  contrediront pas,  à  moins  d'être  sous  la  coupe  de  l'assistanat.

 

Le peuple  Congolais  dispose   aussi  des  droits  universels  pour  revendiquer.  Si la  voie  de la  violence  est   l'unique  voie   qui  soit  audible   pour  le  pouvoir  d'occupation  en RD Congo,    le  vent  tunisien,  égyptien,  gabonais,  pourrait  donner  matière   à  nous  congolais  de  l'intérieur   de   manifester.   Mais  si le pouvoir  est  du  moins  intelligent,   il  pourra  donc  éviter   de  rendre  la  situation  plus  explosive  qui ne l'est  aujourd’hui.

 

C'est  dans l'élégance  politique   et  non  dans  la dissimulation, la corruption, la tyrannie, la falsification  des  textes  des lois, les arrestations  arbitraires,  la famine,  l'impaiement,   l'absence  d'un  projet  utile  pour le pays   que  l'on  pourra  reconstruire  le  Congo.   Ben  Ali  a aussi  construit les routes  et les  bâtiments ,  mais  il  a  oublié  de reconstruire  le  social  et il  est  part;   Moubarak  a  construit;  protège  les  frontières  de son pays,  mais  il a  soumis  son peuple  à  un calvaire  indescriptible.  Son  peuple  est  dans les rues.

 

Changer  la  constitution  ou  la loi électorale  pour  s'en  prévaloir,    nous  disons  qu'il ne faut pas oublier  ce  dont  le  Congolais  est  capable.   Un  simple  conseil  à  ceux  qui  vivent  de  ce  pouvoir. "  On ne doit  pas  insécuriser  les  Universités  à l'aube  des  élections". 

 

La  RDC ne  sera  pas  libérée  avec  les  élections.  Quand  un président   corrompt  le  député/Sénateur,  il poignarde  son peuple  dans le dos.

 

Mme   Jeannine

 

Publié dans La Patrie ou la mort !

Commenter cet article